Galerie photos

Eglises et chapelles

A Saint Gervais sur Mare

  • Église paroissiale Saint-Gervais-et-Saint-Protais
  • Chapelle des Pénitents Blancs (retable du XVIIe siècle)
  • Chapelle Notre-Dame-de-Lorette
  • Chapelle Saint-Barthélemy

A Castanet le Bas

  •  Église de Castanet le Bas

A Rongas

  • Chapelle Saint Maurice de Rongas
  • Église de Rongas

 A Mècle

  •  Église de Mècle

A Saint Laurent des Nières

  • Église de Saint Laurent des Nières

Maison Cévenole-Point touristique

Créée en 1976, comme Maison du Parc naturel régional du Haut-Languedoc, la Maison cévenole des A.T.P. assure depuis quarante ans la tenue du musée local et un service touristique. L’ouverture de trois mois à la belle saison s’étend sur toute l’année depuis 2001, grâce à la création d’un emploi et à au travail de bénévoles actifs qui ont assuré la pérennité de l’emploi jusqu’à aujourd’hui.

Le musée, créé grâce à des dons des habitants, a été amélioré avec les temps. Aujourd’hui, une salle présente des éléments de l’intérieur de la maison d’ici, il y a un siècle. Et dans l’autre partie, trois métiers qui ont fait vivre de nombreux habitants de la haute de la Mare jusqu’au début du siècle dernier : les cercliers, les cloutiers et les sonnaillers. Métiers à découvrir au cours de la fête organisée chaque premier dimanche de juillet. La seconde salle présente deux lieux chargés d’histoire : la chapelle préromane Saint Laurent de Fereirolles, et le castrum (château-fort) de Neyran. La dernière salle permet des expositions temporaires. Nous assurons aussi une promotion des musées locaux, lampes de mines au Bousquet (nous le faisons visiter), musée de la mine à Graissessac, musée de la SAHHCH à Villemagne, et musée des sonnailles à Hérépian. Nous assurons des visites de St Gervais et de Neyran à la demande

Le bureau d’information touristique, ouvert le plus longtemps possible, en particulier l’été, accueille pèlerins, touristes de toutes origines, curistes d’Avène et de Lamalou ; renseigne par courrier, téléphone ou au siège les randonneurs nombreux en toutes saisons.

Vous avez envie de mieux connaître les hauts cantons de l’Hérault, à pied, en vélo, en voiture. Vous sous intéressez au patrimoine, à la géologie, à la botanique, à la faune, à la beauté des paysages. Vous cherchez une balade sportive, calme, en groupe, en famille…. Passez, téléphonez à la Maison cévenole, vous serez accueilli avec chaleur et compétence.

Coordonnées :

12 rue du Pont 

0467236888 

mc.stgervais@orange.fr

www.saintgervais-hautlanguedoc.fr

Le Castrum de Neyran

NEYRAN, un site médiéval
Un clocher, des murs ruinés couronnant une crête rocheuse au nord de Saint-Gervais-sur-Mare ?…

neyran

Il s’agit du site médiéval de NEYRAN que la mobilisation des saint-gervaisiens, réunis en associations de protection du patrimoine, a sorti de l’oubli.
Le haut du clocher émergeait, seul, de la forêt de chênes verts et de châtaigniers lorsqu’en 2005 la foudre le frappa une nouvelle fois, LA fois de trop ! Cet événement a entraîné le déboisement du site, le lancement d’une souscription publique, la demande de subventions… afin de réaliser les travaux de sauvetage des maçonneries sur l’ensemble du site (réalisés de 2006 à 2012).
Le clocher étant classé monument historique depuis 1928, une étude avant travaux fut confiée en 2006 aux archéologues Isabelle Commandré et Franck Martin : la consultation des archives et l’examen des ruines révélèrent l’importance du site, tant par son étendue (plus de deux hectares) que par son intérêt historique largement méconnus jusque-là.

Une première campagne de fouilles entre 2008 et 2011 a permis d’identifier trois « pôles » :
• le château primitif bâti sur l’arête la plus élevée dans les années 1000-1010,
• la chapelle Saint-Pierre (vers 1050-1100) et, contre son flanc, le clocher édifié au 12e siècle,
• un habitat seigneurial dit « tardif », construit à l’écart au 14e siècle.
De solides remparts, des postes de guet, un habitat semi-troglodytique, un système de récupération des eaux pluviales sont caractéristiques de Neyran.
Le site fut progressivement abandonné au 15e siècle, ses habitants redescendant dans la vallée à la faveur d’une certaine sécurité retrouvée.
Tout ce qui pouvait être réutilisé fut démonté et descendu (notamment les pierres taillées), puis le site fut aménagé pour accueillir les cultures. Ainsi le mur sud de l’église a été complètement abattu mais le mur nord, protecteur du froid, soigneusement conservé.
Une seconde campagne de fouilles s’est terminée en 2014 et précise toutes ces informations.
Les villageois se souviennent de leurs jeux dans les ruines et de leurs parents et grands-parents cultivant leurs parcelles sans jamais oublier de monter un peu de terre ou de fumier dans une corbeille posée sur la tête ou un sac sur les épaules.

Des visites guidées sont proposées par

la Maison Cévenole des Arts et Traditions populaires, bureau d’informations touristiques et musée, 12 rue du Pont,

à certaines dates et à la demande pour les groupes.


Renseignements  : 04 67 23 68 88
courriel : mc.stgervais@orange.fr 
site : www.saintgervais-hautlanguedoc.fr

neyran-2

Le village et les hameaux

Le village est composé de plusieurs quartiers : le plus ancien est le Pioch, blotti au pied des murs du château-fort qui n’est pas accessible en voiture. Sur la rive gauche du Casselouvre le quartier du Quai entoure la place principale du village.

En arrivant par le col des « treize vents » ou le col de la Pierre plantée, vous traversez le quartier du Camp ou « barri d’amoun ».

Si vous passez le Casselouvre vous aborderez le « barri d’en bas » (barri = faubourg).

Les hameaux ont tous une forte identité :

Mècle, le plus petit, ne compte plus qu’une dizaine d’habitants permanents, mais s’anime durant les vacances d’été et les fins de semaines. Niché au pied de la montagne de Marcou, il était un hameau d’éleveurs de moutons et d’agriculteurs. On peut s’y rendre à pied depuis le village par un chemin très agréable à travers landes et châtaigneraies.

Rongas est implanté sur les rives de la Mare en aval du village. Remarquer la charmante petite église Saint Maurice au bord de la route.

C’est à Castanet le Bas qu’est née l’entreprise de fabrication de cloches Granier. Le bâtiment de la fonderie situé au bord de la rivière apparaît au détour de la route après la sortie du hameau en venant du village.

Les Nières est le plus haut des hameaux, situé à flanc de colline. Il se visite à pied, par un dédale de ruelles, de voûtes et d’escaliers. Il est situé en bordure du bassin houiller, dont on a extrait un grès clair de construction qui contraste avec les schistes sombres de la vallée. Il a été un lieu d’importantes activités artisanales (clouterie et sonnailles).

 

Remerciements

La municipalité remercie particulièrement la Maison Cévenole qui, par ses connaissances historiques, touristiques et sa disponibilité a largement contribué à cette partie du site.